Bandeau Rugby Sport & Loisirs — 15 juin 2012
Viril mais correct !

L’expression n’aurait pas déplu aux inventeurs de notre sport, ces adolescents du collège de Rugby promis à une vie de gentlemen mais terriblement attachés à un jeu de garnements. « Viril mais correct » est au rugby une formule consensuelle qui décrit un match (ou une action) particulièrement engagé physiquement, n’ayant cependant pas dégénéré en pugilat. L’expression est presque une sorte de compliment !

Le rugby est par essence tiraillé entre deux nécessités : l’affrontement physique et le respect des règles et de l’adversaire. Ne dit-on pas « un sport de voyous pratiqué par des gentlemen »? Il reste que la frontière entre agressivité contrôlée et agression sauvage est particulièrement mince, et l’aptitude de gens de l’Ovalie à relativiser la violence, voire la glorifier, ne fait qu’entretenir le flou ambiant. L’histoire du rugby est ainsi jalonnée de légendes où la castagne finit par paraître romantique. C’est sans doute, d’ailleurs, cette ambigüité qui donne à notre sport sa popularité et son esprit unique. Chez nous, il est possible de mener une bataille féroce et sans concession pendant une heure et demie, pour finir dans un bistrot à taper sur l’épaule de son adversaire qui porte encore les bleus qu’on lui a infligés!

Il faut aussi rappeler que, au rugby, le règlement permet, dans certains cas, les joueurs à sanctionner eux-mêmes un adversaire fautif. Si faire mal n’est pas une faute, alors où commence la véritable faute? La nuance est subtile. Prenons un exemple : un ailier égaré au milieu des avants adverses est pris en tenaille par deux molosses qui le retournent comme une crêpe et l’enfoncent dans le sol boueux. Le souffle coupé, les épaules de ses assaillants plantées dans les côtes, le pauvre gars ne parvient pas à se dégager du poids des deux plaqueurs et garde donc involontairement le ballon coincé sous son corps. Arrive alors un gros taiseux qui lui piétine frénétiquement le dos afin de libérer la balle prisonnière. Tant que celle-ci n’apparaît pas, l’obscur reconduit la manœuvre, avant de se laisser finalement tomber de tout son poids sur l’involontaire fautif. Le ballon sort enfin du tas de chair et l’action continue…. « viril mais correct » diront les observateurs avertis!

Steve DACHARRY

 

Autres propositions

Partagez cet article

A propos de l'auteur

Steve DACHARRY

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>