Bandeau Non classé Rugby Sport & Loisirs — 10 décembre 2012
Trois-quarts centre

Les trois-quarts centre sont des joueurs flanqués des numéros 12 et 13, placés au cœur des lignes arrière, après le demi d’ouverture et juste avant les ailiers. Schématiquement, ils sont des « accélérateurs de choix », directement liés aux décisions prises par l’ouvreur. Ils doivent choisir entre le jeu de contournement à base de passes et d’évitement, et le défi physique pour avancer en créant un regroupement dynamique.

En France, pendant près d’un siècle, on aima plus que tout les voir cadrer, déborder avec la grâce des dandys athlétiques. Une sérieuse préférence pour le contournement, plus spectaculaire, leur valut le doux qualificatif d’artiste! Esseulé dans un monde anglo-saxon pragmatique et rigoureux, le rugby de France, avec sa sève latine et libertine, concentra dans le jeu de trois-quarts centre tous ses rêves de romantisme rebelle.

Sur nos terres grandirent des centres de légende.

Tous avaient en commun une élégance naturelle, dans le geste comme dans la course, tous portaient beau et regardaient le jeu de rugby avec des yeux éclairés de mille feux. Le trois-quarts centre français jouit donc d’une réputation singulière à laquelle le fameux french flair doit beaucoup….

Le jeu des trois-quarts centre fut longtemps associé à l’évitement, la passe et la technique. Derniers filtres dans le travail de ligne, les numéros 12 et 13 étaient les garants de la circulation, des intervalles et du style de l’offensive. Placés entre les chefs d’orchestre de la charnière et les finisseurs des ailes, ils réglaient l’attaque, amélioraient le destin d’un ballon mal négocié en y ajoutant une pincée de vitesse ou un lumineux coup de patte, et anticipaient les réactions de la défense adverse.

Ce temps-là est révolu.

L’ère du professionnalisme a considérablement modifié la nature du poste, comme la morphologie des joueurs. Face à des défenses toujours plus élaborées, les trois-quarts centre ont docilement troqué leur traditionnel costume d’artiste pour une camisole de force et une paire d’œillères. Les nouveaux trois-quarts centre sont des joueurs hybrides qui œuvrent à grands coups d’épaule pour la conquête du centre du terrain. Les face-à-face titanesques ont remplacé le culte du débordement, les GI’s ont chassé les dandys, et les esthètes un peu rétrogrades pleurent l’extinction d’une espèce de rugbyman sans égal.

La corporation des centres de moins de cent kilos qui ont l’ambition de faire plus de trois passes dans le match est au chômage technique, emportée par l’histoire, balayée par la dictature des gros bras…

Un poste devenu plus pragmatique laissant aux vestiaires les poètes, les artistes de l’attaque par l’évitement!

Steve DACHARRY

Autres propositions

Partagez cet article

A propos de l'auteur

Steve DACHARRY

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>