Tony ESTANGUET, cet immense champion.

Tony, le monde est à toi, la légende te tend les bras. Je ne veux pas vous parler de Tony Montana, héros du film « Scarface », mais bien de Tony Estanguet, le premier français triple champion olympique dans la même épreuve. Plus fort que David Douillet, Jean François Lamour ou Marie-Josée Pérec. Un troisième succès remporté avec autorité sur un bassin difficile au nom de Western : Lee Valley. Parfait pour les chercheurs d’or!

Sydney 2000

Le grand espoir de médaille, c’est Emmanuel Brugvin. Le Français, âgé de 30 ans, est déjà champion olympique. Enfin, presque. A Barcelone, il s’impose. Et puis une décision arbitrale le prive du podium. A l’époque, le CIO s’interroge sur l’avenir du canoë-kayak aux Jeux Olympiques, alors Brugvin ne fait pas de vagues et se tait….

Le deuxième représentant Français, c’est Tony Estanguet. On ne le connaît pas vraiment. Pour tout dire, on lui en veut un peu. La vraie star Estanguet, c’est Patrice, le « frangin »,  médaille de bronze à Atlanta. Mais voilà que le cadet élimine l’aîné lors des sélections pour les Jeux.

Les médias voudraient en faire des frères ennemis…

Tony a bien fait d’éliminer son frère : il s’impose en finale devant Martikan, encore et toujours. Patrice se remet de sa déception. De toute manière, il est un peu champion olympique lui aussi : c’est l’entraîneur du Tony cru 2012, celui aux trois médailles d’or.

Athènes 2004

Jamais de grosse claque, c’est vrai. Tony est plutôt du genre à en filer. Quand il se présente aux Jeux d’Athènes, en 2004, il ne connaît pas la défaite. C’est simple quand on surclasse tout le monde!

Sur le bassin d’Helliniko, il termine deuxième des qualifications. En demie, le Slovaque, Michal Martikanle le devance de 12 centièmes, Tony finit second!

Pas du genre à se satisfaire de l’argent.

Tony sort une course de grande classe en finale. Son adversaire Martikan est le dernier à s’élancer. Il ne parviendra pas à égaler le temps du Français. Il est deuxième : 12 centièmes séparent les deux grands champions!

Pékin 2008

On va pas se mentir : on ne donnait pas cher de son canot, après Pékin. Le 12 août 2008, Tony Estanguet, double champion olympique, prend l’eau.

Le porte-drapeau de la délégation française se noie doucement en demi-finale.

Seuls les huit premiers ont le droit d’affronter les rouleaux : Tony termine 9ème! Le bassin de Shunyi, qu’il n’est jamais parvenu à dompter lors des sessions pré-olympiques, lui inflige un dernier affront.

Londres 2012

Septième temps des manches de qualifications, le céiste a commencé sa compétition doucement.  Troisième temps des demies, Tony est rentré dans la compétition : la machine à gagner est lancée! C’est à cet instant précis que l’Allemand Tasiadis réalise une descente de folie et l’emporte avec….5 secondes d’avance!

Notre enthousiasme chauvin en prend un grand coup!

Tony, le stress, il gère parfaitement. Il faut dire qu’il en a laissé à revendre à Pékin sur ce maudit bassin. Alors cette nouvelle victoire historique, il l’a construite de la manière suivante : emporté par la houle, il a effacé le chrono de Martikan, « fichu » la pression au céiste suivant, Savsek, et surtout  s’est mis hors de portée de Tasiadis qui pourtant avait pris une belle option sur la victoire finale…..

Tony Estanguet, natif de Pau est une légende de son sport. Mais plus encore, il représente à merveille ce que tout sportif devrait être : simple, humble, talentueux, travailleur, fier de ses couleurs et conscient que revêtir le maillot de l’équipe de France est un honneur. J’ai la faiblesse de penser que le sportif doit véhiculer de vraies valeurs : Tony, Yannick, Camille et d’autres, vous êtes de grands champions mais surtout de grands « Hommes »….

Merci pour votre immense talent…

 

Steve DACHARRY

 

 

 

 

Autres propositions

Partagez cet article

A propos de l'auteur

Steve DACHARRY

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>