Bandeau Rugby Sport & Loisirs — 09 mai 2012
L’éponge magique

L’éponge magique est au rugby ce que le placebo est à la pharmacie de nos grands-mères: indispensable.

Aucun remède sophistiqué n’est jamais parvenu à égaler ses prouesses curatives.

Elle est là, trempant mollement dans un grossier seau en plastique, aux pieds du soigneur, près du banc de touche.

 

Soudain, un choc résonne dans le stade et la tribune retient son souffle. Un joueur est à terre, le nez dans le gazon, sonné, assomé, peut être même comateux.

Le rituel d’intervention est toujours le même : le soigneur à casquette, corpulence un peu lourde, généralement vêtu d’un pantalon de survêtement ajusté trop bas sur ses hanches et laissant apercevoir le haut de ses fesses, s’élance alors au pas de course sur le pré, le seau d’eau ballotant à son bras.

Il s’accroupit, plonge sa main dans le seau, saisit l’éponge et d’un mouvement ample, il asperge la face « ensuquée » du gisant. Une gerbe d’eau froide, parfois glacée selon les latitudes, claque alors sur le gaillard qui ouvre à présent un oeil. Sinon, c’est qu’il est mort ! L’opération se répète deux ou trois fois jusqu’à ce que le joueur se relève et réintègre le jeu, au feu, comme par magie.

Les blessés du début de rencontre ont la chance d’être aspergés d’une eau fraîche et claire, tandis que les éclopés de la deuxième mi-temps héritent de la sueur et du sang de leurs partenaires. Le rugby est heureusement une histoire de partage.

La technique de l’éponge magique s’applique sans nuance à tout type de blessures, de la fracture au point de côté, du KO à l’entorse, et personne n’a jamais songé à faire évoluer la pratique… comme par respect !

Autres propositions

Partagez cet article

A propos de l'auteur

Steve DACHARRY

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>