Le CABCL : un club centenaire.

Que de chemin parcouru depuis la fusion des deux clubs, qui, au début du siècle dernier, nous ont donné notre CAB!

Tant de noms, de visages, de grands joueurs, de grands dirigeants et de généreux bénévoles en temps et en passion sont associés à ce club centenaire. Notre ville ne serait pas tout à fait la même sans son CAB, son stade, point de rassemblement des plus beaux moments populaires, sans cet esprit fair-play et combatif du rugby qui nourrit notre cité gaillarde. Brive vit au rythme du calendrier du CAB, ses habitants sont des fidèles ambassadeurs du club et ses supporters devisent à tout rompre sur le prochain match, la future composition de l’équipe ou le score idéal…..

Un grand club ne peut exister sans un grand président!

Plusieurs présidents ont officié pour faire du CAB un des plus grands clubs de France. De Pierre Lachaud à Jean-Jacques Bertrand, tous ont apporté leur compétence, leur passion, leur énergie pour être de grands serviteurs de ce club.  Toutefois, deux personnages ont été des fondateurs, des visionnaires, des ambassadeurs de très haut niveau. Il s’agit de Jean Dupuy et Elie Pebeyre. Sans retracer de manière exhaustive leur carrière élogieuse au sein du CAB, le premier a présidé durant 21 ans ce club et affiche un demi-siècle de présence ininterrompue au Comité Directeur. A ce tableau flatteur s’ajoute qu’il fut le plus jeune président d’un club en élite (tout juste 30 ans!). Le second, grand ami de Jean Dupuy fut un président remarquable. La vie du club et celle d’Elie Pebeyre sont intimement liées au point que l’on se demande si l’homme et le CAB auraient existé l’un sans l’autre…..

Ni de grands joueurs !

Passionné tel que je le suis, je pourrai coucher des centaines de noms de joueurs, raconter des faits sportifs ou des anecdotes tellement ils ont été nombreux à porter le maillot noir et blanc du CAB. Toute sorte de joueurs ont joué pour ce club : Les anonymes mais combien indispensables par leur courage, leur humilité, leur sacrifice à « faire le travail » en ayant comme seule reconnaissance la satisfaction personnelle d’avoir œuvré pour le collectif. Les vrais initiés savent l’importance de ces joueurs et les apprécient à leur juste valeur. Les populaires, titulaires indiscutables et indiscutés durant de nombreuses saisons à leur poste et qui ont souvent tenu la dragée haute à leurs vis-à-vis internationaux sans avoir eu la chance de l’être à leur tour. Les internationaux, les meilleurs à leur poste. Racés, respectés, ces joueurs avaient souvent la lourde responsabilité de porter leur équipe vers la victoire. Le CAB a enfanté, formé ou accueilli des dizaines de joueurs de très grande classe, capables à eux seuls de faire basculer l’issue d’un match par leur vision du jeu et leur très grande aisance technique. Que le rugby est beau, magique quand il est joué par des serviteurs touchés par la grâce! Sur le pré du Stadium, aujourd’hui baptisé Amédée Domenech, nous avons vu des piliers coureurs, des deuxième ligne joueurs, des troisième ligne formidables athlètes, des demi de mêlée de très grand niveau technique dont un qui fut, très certainement le plus doué de tous les temps, des demi d’ouverture d’une classe folle, des centres racés capables de jouer l’évitement ou la percussion, des ailiers virevoltants  et des arrières attaquants et défenseurs remarquables….

Quelques illustres gaillards ayant joué plus de 200 matchs pour le CAB….

  • Alain Penaud.
  • Eric Alegret.
  • Eric Alabarbe.
  • Loic Van Der Linden.
  • Didier Faugeron.
  • Jean Claude Roques.
  • Jacques Genois.
  • Richard Crespy.
  • Rodolphe Modin.
  • Jean-Luc Joinel.
  • Jean-Pierre Dales.
  • Pierre Besson.
  • Pierre Chadebech.
  • Jean-François Thiot.

Aujourd’hui, le CAB va jouer la saison 2012/2013 en PRO D2, division inférieure à celle phare du TOP 14 (Conséquence d’une 13eme place acquise lors de la dernière saison synonyme de relégation). Le rugby s’est professionnalisé depuis 1995 et chaque président de club essaie de l’inscrire dans la continuité du TOP 14 malgré les difficultés financières, sportives, qui se font jour en permanence à ce niveau de la compétition. Dans quelques jours, une nouvelle saison va débuter, bien des espoirs sont permis, toutefois, rien  ne pourra se faire sans un soutien inconditionnel du 16eme joueur : le public.

Tous ensemble, tous ensemble : CAB !

 

Steve DACHARRY

 

 

Autres propositions

Partagez cet article

A propos de l'auteur

Steve DACHARRY

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>