Elle glisse sur l’onde, le silence est roi.

Haut lieu de l’ancienne batellerie, à mi-chemin entre Cahors et Fumel, Puy l’Evêque, perché sur son promontoire rocheux, domine de toute sa beauté la rivière Lot.

La gabarre "Jeny" à Puy l'évêque. - © Michel Bentejac

 

Sur le port, une plaque commémore le courage des Maîtres de bateaux et mariniers qui dans les siècles passés sont morts au pays d’Olt, conduisant au fil de la rivière sauvage vers la Guyenne et Bordeaux, porte de la mer et des pays lointains, leurs gabarres lourdement chargées du célèbre vin de Cahors.

La modernisation et le développement de nombreux transports plus sûrs et surtout plus rapides ont définitivement aidé à l’extinction des gabarres.

Mais le passé aime parfois ressurgir, sans bruit, comme autrefois, une gabarre nommée « Jeny » n’est pas en soi une nouveauté, sauf qu’elle est la première gabarre en France transportant des passagers a être entièrement mue par la fée électricité.

Zéro bruit, zéro pollution de co2, elle va dans le sens que veulent ses propriétaires en prenant le pari sur l’avenir d’un futur classement de la grande vallée de la Dordogne par l’Unesco.

C’est autour des 15 Km/h que « Jeny » propulsée sur les eaux du Lot au milieu des vignobles de Cahors, promènera ses passagers pendant une heure quinze avec le passage d’une écluse.

Naviguer en osmose avec la rivière, ses berges, ses villages comme Puy l’Evêque qui verront sans bruit le passage de  « Jeny » dont une grande voile complète la touche historique de la gabarre.

 

[Pour en savoir plus...]

 

Michel BENTEJAC

 

Autres propositions

Partagez cet article

A propos de l'auteur

Michel BENTEJAC

(0) Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>